L'Atelier 57 est implanté sur le plus grand des technicentres industriels de SNCF, à Hellemmes près de Lille. Conçu dans des délais extrêmement courts, il répond à la concentration du processus de maintenance ferroviaire et aux technologies innovantes tout en assurant performance énergétique et réduction de son empreinte carbone.
D’une superficie de 24 000 m² et haut de 18 mètres, cet atelier assure dans un même lieu les opérations de "mi-vie" des rames TGV Duplex (c’est-à-dire à 20 ans).

« La singularité de ce technicentre réside dans la manutention innovante des matériels »

Elodie Leroux, conductrice d’opération

 

Ce nouveau bâtiment de maintenance industriel libère  52 000 m² sur le site (30% de la surface totale du site d’Hellemmes).
Les rames de TGV seront désaccouplées dans un bâtiment attenant à la halle industrielle, puis disposées sur des chariots télécommandés, appelé « movers », à fin d’être transportées dans toute la halle industrielle. C’est grâce à ce système innovant que le foncier est optimisé (ni rails de la longueur d’un train au-delà du bâtiment dédié, ni d’aiguillage ne sont nécessaires).
Doté de larges surfaces modulaires, l'atelier a ainsi été conçu pour
optimiser et adapter l'espace nécessaire à l'automatisation des opérations et aux technologies innovantes.



La structure métallique de l’atelier franchit une portée de 60 m sur une hauteur libre de 13,50m  libérant le volume principal de tout poteau.

La halle de maintenance est complétée d’un second corps de bâtiment qui accueille les locaux connexes d’exploitation (vestiaires, réfectoires, douches, etc.) et des fonctions transverses (méthodes, direction). L’expression architecturale de l’ensemble et le choix des matériaux, simples et lisibles expriment les différentes fonctionnalités ;
- le métal, mis en œuvre pour la partie technique dont les dimensions reflètent l’échelle industrielle,
- le béton pour les locaux administratifs à échelle humaine.


Un bâtiment à l'empreinte carbone réduite
Installation remarquable du technicentre, près de 6000 m² de panneaux photovoltaïques en toiture de l’atelier produiront 1,1 mégawatt/an, constituant ainsi la plus importante centrale photovoltaïque SNCF en fonds propres. Des panneaux solaires thermiques produiront l’eau chaude  pour les vestiaires. 

Des économies d’énergie
L’éclairage naturel de l’atelier est assuré par une série de lanterneaux associés à une verrière implantée sur toute la largeur de l’atelier au-dessus de la « rue intérieure », procurant un moindre recours à l’éclairage électrique.

Le recyclage des eaux de pluie
Une cuve de 160m³, implantée sous le bâtiment tertiaire de l’atelier, recueille les eaux pluviales afin d’assurer à minima 60% des consommations du site rapportées à une année de pluviométrie moyenne.